Bienvenue - Welcome - Willkommen
Bienvenuda - Benvenuto - Welkom


Numéro 348
SEMAINE du 23
au 29 janvier 2017



                 



LES SÉLECTIONS DE TRAINVAPEUR.FR

LA VIDÉO DE LA SEMAINE

Mikulášský parní vlak s lokomotivou 310 0134 N.Paka - Lomnice n.P. a zpět 4.12.2016
Tomáš Pelech 
(République Tchèque)



LES RENDEZ-VOUS DU PROCHAIN WEEK-END

Le 29 janvier, la BOURSE D'ÉCHANGES organisée par le club TLSR (Talange Sur Les Rails). Ouvert de 09h30 à 17h00. Entrée 3€. Gratuit pour les enfants de moins de 12 ans. Centre socio culturel. Salle Maurice Baquet à TALANGE (57). Site Web. Cliquez sur l'affiche pour l'agrandir.
Également le 29 janvier, la BOURSE D'ÉCHANGE PLURIDISCIPLINAIRE organisée par l'AFMC (Arverne Ferroviaire Miniature Club). Ouvert de 09h00 à 17h00. Entrée 2 €. Salle Municipale du Carrefour Europe. 41 Place Charles de Gaulle à CHAMALIÈRES (63). Site Web. Cliquez sur l'affiche pour l'agrandir.
D'autres expositions et manifestations ferroviaires sont également programmées ce week-end ainsi que les semaines à venir. Vous en trouverez les détails dans les journaux et offices de tourisme régionaux, sur les autres sites spécialisés et bien sûr dans l’Agenda ferroviaire de trainvapeur.fr.



LA PHOTO DE LA SEMAINE



Autorail 73720 traversant le pont des écluses de St Valery sur Somme, 3 novembre 2015, dans le cadre des préparatifs de la Fête de la Vapeur 2016 du CFBS (Chemin de Fer de la Baie de Somme).
L’X 73720, mis en service le 30 octobre 2002, fait partie des 318 autorails de la série X 73500 (73501 à 73818) construits par Alstom et DDF (De Dietrich France). Ils sont surnommés, A TER, Baleines bleues, Concombres, Suppos ou Saucisses, notamment lorsqu’ils sont en unités multiples (UM) jusqu'à 3 éléments. Ils assurent les TER principalement sur des lignes non électrifiées.


Photo : Philippe ARMAND  [France Autorails]

Pour publier vos photos ou vidéos, cliquez ici.



LES INFORMATIONS DE LA SEMAINE

LA LGV NORD POURSUIT SA MUE

SÉCURITÉ, CONFORT ET PERFORMANCE

Suite à l’usure occasionnée par le passage répété des trains à grande vitesse depuis 24 ans, SNCF Réseau a engagé un programme de modernisation pour permettre aux 200 trains journaliers (TGV, Eurostar, Thalys et Lyria) de continuer à circuler en toute sécurité sur l’artère ferroviaire qui dessert une grande partie de l’Europe du Nord en reliant Paris à Lille, Bruxelles, Amsterdam et Londres.
Depuis 2 ans, ces travaux permettent d’améliorer les caractéristiques géométriques de la voie pour maintenir le trafic des TGV à une vitesse de 300 km/h avec un niveau de confort et une sécurité optimale des circulations et des voyageurs.
Le 23 janvier 2017, débutera la troisième partie de cet énorme chantier réparti en deux phases : 23 janvier au 22 avril et 29 mai au 29 juillet 2017. L’objectif est de renouveler le rail et le ballast sur la voie 2, dans le sens Lille - Paris, entre Conchy-les-Pots et Verberie, dans l’Oise, soit 35 kilomètres de voie.
Pour mener à bien ces travaux, deux trains-usines, spécialement dédiés aux LGV (Lignes à Grande Vitesse), sont mobilisés. L’un, équipé d’une « dégarnisseuse », renouvelle le ballast, et l’autre, appelé « BOA », remplace les LRS (Longs Rails Soudés) sur l’ensemble du linéaire.
Le chantier nécessite également l’équipement de deux bases-travaux, l’une située à Ressons pour stocker matériaux et trains-usines, et l’autre à Longueil comme base principale.



LES CONSÉQUENCES POUR LES VOYAGEURS

Bien qu’effectués uniquement de nuit, en semaine, afin d’éviter toute interruption de trafic et minimiser l’impact sur les voyageurs, certains horaires seront modifiés jusqu’au 19 mars, les TGV au départ de Lille vers Paris enregistrant 5 minutes de trajet supplémentaires en moyenne, et ceux au départ d’Arras vers Paris environ 8 minutes. Cette augmentation du temps de trajet est la conséquence de la limitation de vitesse à 120 ou 170 km/h imposée lors du franchissement des zones de chantier où la voie est encore fragilisée.

ET LA SUITE…

Débuté en 2015, cet important programme de 280 km de renouvellement de ballast et rails, devrait remonter progressivement de Paris vers Lille au rythme de 25 à 35 km durant le premier semestre de chaque année à venir, pour se terminer en 2021.

QUELQUES CHIFFRES CLÉS
  • 35 kilomètres de voie renouvelés
  • 34.000 tonnes de ballast neuf
  • 70 kilomètres de rail neuf
  • 220 agents SNCF et entreprises extérieures
  • 53 millions d’euros entièrement financés par SNCF Réseau
  • 2 trains-usines (Dégarnisseuse et Boa)
  • 2 bases-travaux (Ressons et Longueil)
Source : SNCF Réseau.

LA FIN DU MONOPOLE EST PROGRAMMÉE

Le 14 décembre 2016, le Parlement européen votait en session plénière le volet du quatrième paquet ferroviaire relatif à l’ouverture à la concurrence des marchés domestiques. On connaît maintenant les dates butoirs qui sont désormais imposées aux États membres :
  • à partir du 3 décembre 2019, il n’y aura plus de monopole d’État pour les lignes ferroviaires nationales (les LGV en France), et elles pourront être commercialisées par de nouveaux opérateurs à partir de décembre 2020 pour l’horaire de service 2021. Sous le contrôle du régulateur (Arafer) ;
  • dès décembre 2019 si elles le souhaitent, les autorités organisatrices de transport pourront lancer des appels d’offres pour les lignes conventionnées nationales et régionales (TET et TER) ;
  • à partir de 2023, cette ouverture à la concurrence sera obligatoire, sauf exception.




Certains pays européens comme la Grande Bretagne et la Suède ont déjà pris les devants en libéralisant totalement leurs chemins de fer nationaux. D’autres comme, l’Allemagne, l’Italie et l’Autriche, ne l’ont fait que partiellement, mais la majeure partie des membres de l’UE, dont la France, a toujours refusé l’ouverture à la concurrence pour le trafic intérieur. Une attitude qui ne sera plus possible à partir de décembre 2019.
Source : Arafer.

LE TRAIN ET L’ÉNERGIE VERTE

La transition énergétique serait-elle vraiment pour demain en Europe. Si, surtout en période électorale, certains ne font qu’en parler, d’autres agissent et prennent des engagements qui commencent à porter leurs fruits. C’est notamment le cas de la Compagnie nationale des chemins de fer des Pays-Bas - NS (Nederlandse Spoorwegen) qui annonçait, non sans une certaine fierté, que depuis le 1er janvier, 100% des trains électriques circulant aux Pays-Bas sont alimentés par une énergie renouvelable, en l’occurrence d’origine éolienne.
Autre exemple d’énergie renouvelable, en Belgique où grâce à l’électricité produite par les éoliennes du parc de Gingelom, 170 trains peuvent circuler chaque jour avec une énergie écologique.
En Grande Bretagne, une équipe de chercheurs étudie la possibilité de raccorder directement l’alimentation électrique des trains sur des panneaux solaires placés le long de la voie ferrée et donc sans passer par le réseau traditionnel de distribution électrique. Ce projet, devrait commencer des tests dès le 1er février 2017 sous le nom de « Renewable Traction ».



D’autres solutions sont en cours ou ont été réalisées de façon très locales, comme en Allemagne avec le train conçu par Alstom et fonctionnant grâce à une pile à hydrogène, mais le chemin est encore long avant que les énergies propres remplacent totalement les énergies polluantes car si les solutions techniques existent, c’est surtout la volonté politique qui manque.

LE GRAND FROID EST ARRIVÉ

Cela n’aura échappé à personne. Le froid s’est abattu sur l’Europe apportant, avec lui, son lot de difficultés pour le bon fonctionnement des réseaux ferroviaires. D’expérience, on sait que les conditions météorologiques comme la neige, le verglas, le gel, fragilisent les infrastructures et le matériel roulant. Aussi, dès les premières alertes, la SNCF active son « plan grand froid » et met en place des actions pour prévenir et anticiper l’impact des conditions hivernales*.



Comme les années précédentes, ce plan agit sur :
  • LES INFRASTRUCTURES : surveillance accrue des voies, aiguillages, caténaires et autres appareillages. Les agents sont mobilisés en équipe d'intervention d'urgence et les 58 engins « chasse neige », sont pré positionnés aux endroits à risques.
  • LE MATÉRIEL : préparation des trains (projection d’antigel sur les bas de caisse des trains, protection des organes sensibles, etc.).
  • LES GARES : déneigement des quais lorsque l’accès des voyageurs est rendu impossible ou dangereux (risque de glissade) par la neige ou le verglas. 5,3 millions d’euros ont été investis dans les équipements de déneigement.
  • LES CIRCULATIONS : abaissement des vitesses dès que cela apparaît nécessaire, à 220 km/h voire 160 km/h pour les TGV et à 120 km/h pour les trains INTERCITÉS ou les TER (cette mesure provoque l’allongement des temps de parcours). Dans les cas extrêmes, certaines circulations pourraient être annulées.
  • L'INFORMATION DES CLIENTS : des rapports étroits avec Météo France permettent de maîtriser l'impact de la météo sur les infrastructures. Chaque jour, Météo France envoie des bulletins de prévisions détaillées aux postes de commandement régionaux, avec une surveillance accrue des sites particulièrement exposés. Lors d'une alerte météo, une « tournée des voies » est organisée. Si la chute de neige est prévisible (c’est-à-dire si l’alerte météo est donnée 36 heures à l’avance), une information fiable sera délivrée au plus tard 24 heures avant le début de la perturbation - si l’information n’est pas prévisible (alerte moins de 36 heures avant la chute de neige), l’information sera fiable mais elle sera donnée avec moins d’anticipation.



En cas de difficultés de rapatriement de passagers, 50 gares peuvent accueillir les voyageurs.
Ces gares dites « d’accueil », ont la capacité de recevoir des rames et disposent de personnel disponible en gare ou des Volontaires de l’Information ainsi que des possibilités d’avitaillement. De plus, des stocks d’avitaillement sont disponibles dans les 250 gares principales : 22.000 couvertures, 1.400 boissons auto chauffantes, 120.000 coffrets repas, 10.500 kits de nuit…
* Lire l’article Préparation hivernale du réseau : Le plan grand froid dans le numéro 294 de trainvapeur.fr.
Source
: SNCF
.

LA SNCF EMBAUCHE

Du lundi 23 au vendredi 27 janvier 2017, la Tournée de l’Emploi SNCF Nord Ile-de-France aura lieu dans cinq gares de Seine-Saint-Denis et du Val d’Oise où le public pourra prendre connaissance de l’ensemble des 500 emplois qui seront proposés en 2017 par SNCF sur la région ferroviaire Paris Nord :
  • 100 postes de conducteurs de train ;
  • 50 postes d’agents de manœuvre et de techniciens dans les deux technicentres de Paris Nord-Joncherolles (Villetaneuse) et du Landy (Saint-Denis) ;
  • 85 postes d’agent commercial en gare et 10 postes de managers ;
  • 200 postes de maintenance de l’infrastructure (signalisation mécanique, signalisation électrique, voies, caténaires…) ;
  • 30 postes d’agents de la SUGE ;
  • 20 postes d’aiguilleurs.
Un stand d’information sera mis en place aux heures de pointe du matin (07h30 -10h00) et du soir (16h00 - 19h00) dans les gares suivantes :
  • lundi 23 janvier : Saint-Denis ;
  • mardi 24 janvier : Aulnay-sous-Bois ;
  • mercredi 25 janvier : Garges-Sarcelles ;
  • jeudi 26 janvier : Epinay-Villetaneuse ;
  • vendredi 27 janvier : Ermont Eaubonne.
Le public sera accueilli par des responsables du recrutement SNCF. Ils seront accompagnés d’agents de l’entreprise qui pourront raconter leur métier et conseiller les candidats. Parmi eux, figureront des conducteurs de trains, des agents de maintenance des technicentres SNCF, des agents de la SUGE, des spécialistes de l’entretien des voies et des caténaires.
Source : SNCF.



INSOLITE - ÉTONNANT - HUMOUR

DES VOLEURS PAS TRÈS INSPIRÉS

En Allemagne, des bandits qui, dans la nuit du 11 au 12 janvier, avaient arraché un distributeur de billets dans la ville de Dinslaken, n’ont rien trouvé de mieux que de le déposer au milieu d’une voie ferrée en espérant que le choc avec un train ouvre le coffre-fort pour pouvoir ensuite récupérer les billets.
La collision a bien eu lieu mais, sous le choc, le train a déraillé en projetant les débris un peu partout sans laisser libérer les billets. Aucun blessé n'est à déplorer, mais l’on est passé tout près d’une catastrophe car le convoi transportait du gaz liquéfié dans des wagons citernes. On imagine facilement ce qui aurait pu arriver si, sous le choc, le distributeur pesant près de 500 kilos, une des citernes s’était fissurée et pris feu alors que les habitations étaient toutes proches.



Les voleurs courent toujours mais sans les billets, le contenu du distributeur étant estimé à 25.000 euros. L’enquête est en cours.
Source : RP Online.


LE DOCUMENT DE LA SEMAINE

Jak se co dělá - Lokomotiva
 


jawarmaniak.wz.cz



LA CITATION FERROVIAIRE DE LA SEMAINE

Je vais te dire un grand secret
Je ne sais pas - Parler du temps qui te ressemble
Je ne sais pas parler de toi je fais semblant
Comme ceux très longtemps sur le quai d'une gare
Qui agitent la main après que les trains sont partis
Et le poignet s'éteint du poids nouveau des larmes

Louis ARAGON - Poète, romancier, journaliste, essayiste français (1897 - 1982)
Les yeux d'Elsa  (1942)



L'ACTUALITÉ FERROVIAIRE EN TWEETS






   

Membre du Club de la presse des Hauts-de-France

Google+

Numéro 348. Édition 3. Semaine du 23 au 29 janvier 2017. Dernière mise à jour : 24/01/2017


    © Philbru Production